منتدى طلاب قرية مشحا
السلام عليكم أرجو أن تكونوا في تمام الصحة والعافية
عزيزي الزائر انت لا تتوفر بعد على حساب لدخول المنتدى.لذلك نرجوا منك التسجيل.أو الدخول في حال امتلاكك المسبق للعضوية.وشكرا..

المدير العام للمنتدى :جميل شعبان

قسم المسابقات - قسم الأسئلة - قسم الدروس - قسم الدردشة - قسم المناسبات - ...

دخول

لقد نسيت كلمة السر



المواضيع الأخيرة
» قام تلاميذ صف الروضة الاولى بزيارة مستوصف مشحا الطبي برفقة معلمتهم عايدة حمزة للتعرف على مهنة الطبيب والمعدات الطبية المستخدمة لمعالجة المرضى بمناسبة محور المهن.
الأربعاء 08 مارس 2017, 8:42 am من طرف Admin

» قام تلاميذ صف الروضة الاولى بزيارة مستوصف مشحا الطبي برفقة معلمتهم عايدة حمزة للتعرف على مهنة الطبيب والمعدات الطبية المستخدمة لمعالجة المرضى بمناسبة محور المهن.
الأحد 05 فبراير 2017, 4:06 am من طرف Admin

» بشرى سارة
الإثنين 09 يناير 2017, 11:03 am من طرف Admin

» كيف تتعلم الانكليزية بثلاث أشهر بطريقة تحاكي سرعة الزمن
الأربعاء 17 أغسطس 2016, 2:42 pm من طرف ملتقى الفجر فجريات

»  بعض الطلاب خلال الرحلة السنوية
الإثنين 20 يونيو 2016, 8:10 am من طرف Admin

»  بعض الطلاب خلال الرحلة السنوية
الإثنين 20 يونيو 2016, 7:44 am من طرف Admin

»  بعض الطلاب خلال الرحلة السنوية
الإثنين 20 يونيو 2016, 7:43 am من طرف Admin

»  بعض الطلاب خلال الرحلة السنوية
الإثنين 20 يونيو 2016, 7:40 am من طرف Admin

»  معظم طلاب المدرسة خلال الرحلة السنوية
الإثنين 20 يونيو 2016, 7:37 am من طرف Admin

تصويت

ما هو القسم الاكثر افادة في المنتدى؟

 
 
 
 
 
 
 
 

استعرض النتائج


أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم, أنت لم تقم بتسجيل الدخول بعد! يشرفنا أن تقوم بالدخول أو التسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى

melancholia .COMMENTAIRE N°2

اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1 melancholia .COMMENTAIRE N°2 في السبت 06 أغسطس 2011, 1:29 pm

Admin


Admin
------------------------------------------------
COMMENTAIRE N°2 :
Mélancholia de Victor Hugo

Victor Hugo, artiste légendaire du 17ème siècle, «compose » en 1856 un recueil poétique intitulé Les contemplations. Cette œuvre, est, dit il dans sa préface la mémoire d’une âme. En effet, bouleversé par la mort de sa fille Léopoldine, tragiquement noyée, il écrit Les contemplations comme si c’était le regard d’une âme après la mort. Pourquoi la misère ? Pourquoi l’injustice ? Voilà les interrogations de l’Homme autour desquelles Victor Hugo se penche dans son ouvrage. Mélancholia est un des poèmes du recueil écrit en alexandrins. Il illustre l’un des nombreux problème visés par Hugo : le travail des enfants. Dans ce dernier, l’auteur fait une peinture réaliste de l’univers indigent dans lequel vivent de trop jeunes travailleurs mais ils s’insurge également contre les responsables de cette misère. Il ne jette pas seulement un simple regard, il cherche avant tout à persuader le lecteur.

Victor Hugo dans Mélancholia nous met en présence de deux champs lexicaux principaux apparemment opposés : Le travail et l’enfance. Il veut donc nous montrer l’univers dans lequel vivent, ou plutôt survivent, les enfants qui travaillent . Il insiste pour cela sur la durée interminable de leurs tâches, sur leurs conditions de travail et sur leurs état physiques et morales.
Tout d’abord, l’auteur veut nous faire nous faire prendre confiance de la duré des journées de travail que les enfants ont à effectuer. Pour cela, Victor Hugo insiste en employant le marqueur de temps au vers 4 « 15 heure sous les meules », ou encore avec l’hyperbole « éternellement » au vers 5, qui témoigne bien sûr, de la longueur de leur labeur. Il utilise aussi des procédés tels que l’enjambement au vers 5 et 6, « d’éternellement » pour créer un effet de longueur et donc pour montrer à quel point le travail des enfants est monotone. L’antithèse au vers 5 « de l’aube au soir » marque bien le fait que ces enfants ne voient jamais la lumière du jour, d’autant plus que « jamais on ne s’arrête » vers 11. Il font « dans la même prison le même mouvement » vers 6. La répétition dû au parallélisme observé ici met en relief la lassitude liée à leur travail.
Ensuite l’auteur fait une description réaliste du monde de l’usine dont il évoque l’obscurité angoissante à travers deux termes, au vers 7 d’abord « sombre »puis au vers suivant « ombre ». Les machines sont transformée au vers 7en de féroce animaux par une personnification « …avec les dents d’une machine », puis l’évocation de l’angoisse des enfants devant de pareils outils, est reprise au vers suivant dans une métaphore filée « monstre hideux…mâche…ombre, ». La gradation « prison ; bagne ; enfer » nous plonge dans cet univers infernal que subissent les « innocents ». Ces dernier vivent un enfer quotidien, ils possèdent des conditions de travail misérables mais aussi des tâche très dure à effectuer, que l’auteur suggère par des allitération en « r », « s », ou « t » tout au long de l’œuvre. « …tout est d’airain, tout est de fer. » est une phrase qui possède un double sens. Elle introduit dans un premier temps les matériaux utilisés dans le monde de l’usine mais aussi le côté impitoyable et dure de celui-ci.
Enfin, Victor Hugo approfondit en particulier sur le résultat de la durée de leur tâches ajoutée à la difficulté du travail produit par les enfants, soit, la souffrance aussi bien physique que morale qu’ils endurent. L’auteur par le biais d’un champ lexical de la maladie omniprésent dans le poème nous fait le rapport de l’état physique déplorable des enfants « que la fièvre maigrit ». La fatigue les ronge puisqu’au vers 13 on nous les peint comme « déjà bien las. ». .Au vers 12 « la cendre est sur leur joue » renforce bien l’idée que l’univers malpropre dans lequel ils évoluent ne peut, alors qu’ils « ne comprennent rien à leur destin », fatalement leur apporter maladie et malformation. Victor Hugo évoque des couleurs pâles dans une exclamation au vers 12 « aussi qu’elle pâleur ! » pour décrire la peau blanche de ces enfants malades. Leur état mental est lui aussi très affecté car le champ lexical du malheur est également omniprésent. De ces « anges », Hugo nous dit juste que (vers 1) pas un seul ne rie et vers ( vers 3 ) qu’il vont « cheminer seul ». Il met donc en évidence la tristesse de leur vie, leur solitude et ainsi, le malheur grandissant de ces pauvres enfants. Encore une fois, l’auteur insiste sur l’aspect tragique de la situation avec le parallélisme du vers 11 « jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue ». Le verbe jouer est l’activité normale d’un enfant . Normale, certes, mais qui ici n’est « jamais » pratiquée. Ces enfants à sont privés d’enfance !

Au-delà d’une simple description de la misère, Victor Hugo dans son poème nous propose une étude passionnée à tonalité pathétique, qui finalement s’avère être à visée argumentative.

Dans un premier temps, l’auteur, à travers divers procédés de ponctuation, module le rythme et le ton de son discours. Les trois premier vers du poème se présentent sous forme interrogative, interpellant le lecteur. En effet la tonalité chantante des questions attire son oreille, son attention, mais est aussi un moyen de l’appeler à la réflexion, pour le mettre en présence du sujet qu’il s’apprête à traiter. Victor Hugo, pour développer son idée, emploie ensuite un rythme parfois monotone, du vers 4 au vers 6, parfois dur ( vers 7 à 10 ) illustrant les caractéristiques du travail des enfants. La rythmique s’emballe enfin avec, à partir du vers 12, des phrases courtes, rapprochées qui accentuent la souffrance des enfants que le poète évoque. Il remonte à nouveau en puissance, grâce à la forme exclamative, non pas pour questionner mais cette foi ci pour affirmer son point de vue plus fort que précédemment. Il s’aide de procédés tels que l’interjection, vers 12 « aussi quelle pâleur ! », ou la supplication, vers 14 « Hélas ! ». Par discours rythmé, accentué, mis en scène, Hugo fait preuve d’éloquence pour marquer son auditoire.
Par ailleurs, pour montrer son degré de conviction, le poète utilise des termes évaluatifs, manifestant ainsi sa présence et créant un lien avec le lecteur. Il emploie des formules mélioratives à l’attention des enfants comme la périphrase au vers 2 « doux être pensifs » ou encore les métaphore du vers 9 « innocents» et « anges ». A l’inverse le monde de l’usine est peint à l’aide de termes péjoratifs tels que les métaphores du vers 9 « bagne (…) enfer » ou celle du vers 8 « monstre hideux ». Cette constante opposition, illustrée par le vers 9 « Innocents dans un bagne, anges dans un enfer » est une situation paradoxale qui met en relief le fait que les enfants ne sont pas à leur place au travail.
Hugo utilise donc un lexique évaluatif qui exprime un jugement traduisant ses sentiments. L’emploie de termes mélioratifs et péjoratifs souligne la subjectivité de son discours.
Ensuite, le poète dans Mélancholia, étant donné son engagement, défend une thèse : il est immoral d’utiliser les enfants, être naïfs et innocents, comme des outils. Ils ne devraient pas être victimes de la bêtise humaine, et ce n’est pas normal qu’on les place au rang d’esclaves dans les usines. Cette thèse, l’auteur la soutient à l’aide de nombreux procédés d’argumentation. Les questions qu’il pose, suivit d’une réponse qu’il développe lui-même, sont des questions rhétoriques conduisant le destinataire à partager une démarche argumentative. Hugo fait aussi parler les victimes à travers une hypothétique prière, aux vers 15 et 16, qui a pour but de toucher l’auditoire dans ses sentiments humains mais aussi dans ses sentiments chrétiens, lesquels sont à l’époque de l’auteur très développés. La formule totalisante du vers 10 « tout (…) tout » empêche l’adversaire de réfuter la thèse de l’auteur. Enfin les figures de styles employées tels que le parallélisme vers 11 « Jamais (…) produisent un effet modalisateur.
Pour conclure, dans son argumentation fondée sur une stratégie inductive, puisqu’il développe sa thèse du plus particulier au plus général, Victor Hugo ne fait pas appelle à la raison, à la logique du lecteur, mais il cherche avant tout à l’émouvoir en faisant appelle à ses sentiments. Ainsi le poète hyperbolise la souffrance des enfants par des termes fort, choquant, afin que l’on les plaigne. Il met en jeu des procédés et des technique qui suscitent l’émotion du destinataire pour entraîner son adhésion.

Dans son poème qui s’avère être une argumentation, l’artiste ne tente pas de convaincre mais de persuader le lecteur pour l’amener à sa cause.

Victor Hugo dans Mélancholia nous fait donc une parfaite description, certes lyrique, du monde de l’usine et de la souffrance des enfants qui travaillent, mais, il nous montre aussi sa présence subjective et tente donc subtilement, notamment avec le pathétique de l’œuvre, de persuader le lecteur dans une parfaite argumentation. Victor Hugo dans ce texte a su faire preuve d’un engagement politique certain, et a su mettre son génie au service de la morale, même si son talent s’est aussi ouvert, notamment dans Les Contemplations, à un type d’écriture plus intime et plus personnelle.

UN GRAND MERCI A L'AUTEUR DE CE COMMENTAIRE, QUI A OBTENU 17/20, et qui a bien voulu partager son travail.
-----------------------------

Si vous avez des commentaires de textes connus, n'hésitez pas à m'en faire part, je me ferais un plaisir de les héberger. Vous pourrez ainsi aider d'autres personnes, qui peuvent être en galère !

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://mashha-etudiants.alafdal.net

الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى